Bien croient qu’un jour les Humains navarin vivent autant insensibles qu’ils sont faibles d’aimer une connaissance d’autre